Pourquoi le cachalot sonde-t-il les abysses ???

publié le 8 mai 2014 à 02:17 par rojoi famille   [ mis à jour : 11 févr. 2015 à 02:03 ]

La réponse est simple : le cachalot mange beaucoup ! Chaque jour il engouffre, en 4 repas, 3 à 4 % de sa masse en nourriture, soit environ 600 à 700 kg de calmars, crustacés… C’est un fin gourmet qui se régale de calmars géants vivant à de grandes profondeurs, ces calmars constituant jusqu’à 80 % de sa nourriture.

Alors comment repère-t-il ses proies à des profondeurs abyssales ???

 1- Le régal du cachalot : les calmars géants

Les calmars géants sont des céphalopodes d’une douzaine de mètres, pesant quelques 200 kg.

Ils vivent entre 300 et 1 000 m, mais ils ont pu être observés jusqu’à 5 000 m.

Ils ont 10 tentacules, dont 2 sont munis de crochets.


 

2- Repérage des proies par le cachalot : écholocation ou écholocalisation

 2-1 Principe :  Ondes sonores et ultrasonores


Une onde sonore (ou une onde ultrasonore) est une variation de la pression due à des vibrations de l’air.

Elle peut être caractérisée, entre autres, par sa fréquence donnée en Hertz (Hz).

L’intensité sonore peut être exprimée en décibels (dB). Sur l’échelle allant de 0 à 140 dB, un son est dangereux à partir de 85 dB (140 dB étant le seuil de la douleur pour une oreille humaine).

Les ondes sonores (audibles pour l’oreille humaine) ont des fréquences allant de 20 Hz à 20 000 Hz.

Les ondes ultrasonores ont des fréquences supérieures à 20 000 Hz.

Toute onde transporte de l’énergie.


Écholocation

L’onde sonore ou ultrasonore est émise par un émetteur.

Elle se réfléchit sur un obstacle.

Elle revient et est reçue par le récepteur. Son énergie est diminuée naturellement.

 

2-2 Cachalot et écholocation

 

Émission

Le cachalot, grâce à des poches aériennes situées autour de l’évent, peut émettre des ondes dans une large gamme de fréquence allant de 0,1 Hz (infrasons) à 35 000 Hz (ultrasons).

Le plus souvent il émet des ultrasons de type impulsif appelés « clicks ».

Le cachalot est capable de gérer les intervalles entre 2 clicks. En descente il émet 2 à 3 clicks par seconde mais en chasse il peut les émettre plus rapidement.

 

Focalisation

Les ondes « sonores » émises sont concentrées ou focalisées par le « melon » ou organe du spermaceti. Celui-ci joue le même rôle qu’une lentille pour la lumière.

 

Réception

Après réflexion sur l’obstacle les ondes sont captées par les masses graisseuses des mandibules et atteignent l’oreille interne. Le cerveau en déduit une image acoustique.



Remarques : Le sonar du cachalot peut porter jusqu'à 3 000 m.

                    L’intensité des clicks peut atteindre 210 à 230 dB.

 3- Bon appétit !

Le fabuleux sonar du cachalot lui permet de repérer ses proies, notamment les calmars.

La puissance des « clicks » est capable d’estourbir la proie et parfois la force de l’onde de choc peut la tuer.

Les bagarres entre calmars géants et cachalots sont rudes !



Mais les becs des calmars géants étant un peu durs à digérer, l’intestin du cachalot fabrique alors une concrétion solide, qui est ensuite expulsée et flotte en mer. Cette concrétion s’appelle l’ambre gris, dont la grande valeur marchande a entraîné la chasse excessive du cachalot. La parfumerie est le plus gros utilisateur d’ambre gris.

Il a déjà été retrouvé un bloc d’ambre gris de quelques 300 kg !

                                                                                                      Monique C.



LE CACHALOT : un excellent plongeur !
Comments