LE CACHALOT : un excellent plongeur !

publié le 1 mars 2014 à 09:18 par rojoi famille   [ mis à jour : 11 févr. 2015 à 02:08 ]

  Quel est son profil de plongée ???

Pourquoi passe-t-il les 3/4 de son temps sous l’eau ?

 

En Méditerranée, une vingtaine d’espèces de cétacés ont été recensées et une dizaine peuvent être rencontrées régulièrement, dont le cachalot commun (ou physeter macrocephalus pour les puristes). Peut-être aurez-vous la chance d’en apercevoir un !!!??? Comment le reconnaître ?? Attention il faut être rapide, car il passe beaucoup de son temps à « sonder » et peu de temps en surface...

 

Reconnaissance du cachalot

Le cachalot est facilement identifiable :

    - Sa tête énorme a une forme quadrangulaire.

   - Son évent est situé à gauche de sa tête ; en surface son souffle est incliné à 45° vers l’avant et vers la gauche.

    - Il n’a pas d’aileron, mais il possède 4 à 8 bosses allant jusqu’à la caudale.

    - Sa couleur varie entre le brun chocolat et le gris.


 

Quelques détails physiques

À son magnifique sourire, vous constatez qu’il a de belles dents coniques. Il s’agit donc d’un odontocète et le cachalot est le plus gros de la famille des odontocètes.

La longueur moyenne des mâles est d’une quinzaine de mètres, pour une masse de 30 tonnes. Les plus grands peuvent aller jusqu’à 20 m pour 40 tonnes, voire plus !

Quant aux femelles, elles sont plus petites : elles dépassent rarement 13 m pour une masse de 20 tonnes (quand même !!!)

Sa tête massive représente :

    - environ le 1/3 de la masse de son corps.

    - 1/4 de la longueur de son corps.

  

LE PROFIL DE PLONGÉE DU CACHALOT

Il lui faut un peu plus de profondeur qu’à La Graule !! Il sonde généralement à plusieurs centaines de mètres (500 à 1000 m), mais il peut aussi descendre jusqu'à 2500 m, voire 3000 m. Son profil de plongée (qui n’est pas forcément un exemple à suivre !!) est le suivant :



Il descend pendant 6 à 7 minutes, à une vitesse moyenne de 110 m/min. Vous allez dire, c’est normal il est lourd donc il descend bien. En fait il utilise une partie de sa tête appelée « le melon ». Ce melon est constitué de sacs déformables contrôlés par des muscles ; il contient une substance organique (plutôt graisseuse) appelée le « spermaceti » ou blanc de baleine. La masse de ce spermaceti est de 4 à 6 tonnes.

 

Sonde du cachalot

La descente

- Le cachalot fait d’abord (comme vous) un superbe canard : pour plonger tête la première, il fait rentrer de l’eau fraîche autour du melon, qui refroidit le spermaceti. Les constituants chimiques du spermaceti se solidifient et la densité du melon augmente. L’alourdissement du melon aide le cachalot à descendre (sa ceinture de plomb est intégrée !!!)

 

- Le fort taux de globules rouges permet de fixer l’oxygène nécessaire à la plongée.


- De même, le fort taux de myoglobine des muscles permet aussi un apport d’oxygène (sa bouteille de plongée est également intégrée !!)

 

- La cage thoracique du cachalot est flexible, pour s’adapter aux variations de taille dûes aux fortes variations de pression.

 

La remontée

Pour remonter, il réchauffe le spermaceti en faisant passer du sang chaud autour du melon. Les substances chimiques du spermaceti se liquéfient et la densité du melon diminue. Cet allégement de masse permet au cachalot d’effectuer sa remontée. Celle-ci se fait à une vitesse moyenne de 84 m/min.

Lors de leur remontée, les cachalots sont censés bien gérer leur vitesse et faire des « paliers de décompression ». Aussi les chercheurs pensaient-ils que ces cétacés ne pouvaient pas avoir d’accidents de décompression. Depuis plusieurs années, les scientifiques ont changé d’avis. Les cachalots peuvent avoir des « bends », ou problèmes ostéo-articulaires, dus aux microbulles d’azote !!

Deux chercheurs américains, Michaël Moore et Greg Early du « Woods Hole oceanographic institution », ont étudié des carcasses de cachalots. Ils ont observé des accidents ostéo-articulaires (« bends ») dans les os et la queue des cétacés.

Plus le cachalot est vieux et plus les dégâts sont importants.

Les scientifiques avancent également l’hypothèse suivante : lors de sa remontée, le cachalot serait perturbé par les signaux des sonars militaires. Il rechercherait alors « le silence » et remonterait trop vite à la surface, en oubliant de faire des « paliers » !

 

 

Pourquoi le cachalot sonde-t-il dans les abysses ???

Vous le saurez peut-être dans un prochain article !!


                                                                                                    Monique C.


Pourquoi le cachalot sonde-t-il les abysses ???

Comments